Home présentation

Enfin se défendre médiatiquement…

Les forces de l’ordre sont attaquées de toutes parts… La dernière fronde et non des moindres, l’ATTAQUE MEDIATIQUE. Pas une semaine sans qu’un policier ou gendarme soit jeté en pâture… Les médias crédules, complaisants voire complices se satisfont de la version d’une pseudo victime, connue défavorablement de nos services le plus souvent…

Le débat contradictoire? La nuance? Où même la présomption d’innocence? Pour les forces de l’ordre… Il n’y a que la présomption de culpabilité…

Le devoir de réserve que nous ne contestons pas, empêche le policier de se défendre et de donner sa version des faits. La contradiction sera donnée lors du procès, quelques années plus tard pour s’apercevoir que le policier était innocent.

C’est la double peine… 

-Le policier a subit les foudres de son administration, voir de la justice, suspendu, contrôle judiciaire, voir prison préventive… L’horreur pour celui qui est innocent… 

-Tous ces non lieux ou relaxes lors du jugement interpellent l’opinion public et créaient le doute d’une justice partiale qui serait du coté des forces de l’ordre.

 Quand il y a qu’une seule version pendant des mois voire des années, on est enfermé dans des certitudes de culpabilité. Une connivence entre la police et la justice est alors suspectée…

TOUCHE PAS A MON FLIC a été crée, en premier lieu pour ça. Enfin la version des policiers incriminés dans les médias aura sa place. Car nous l’avons constaté dans l’affaire Zécler, quand le tribunal médiatique vous a condamné, les magistrats vous condamnent automatiquement pour apaiser les lyncheurs, ou calmer d’éventuelles émeutes dans les territoires perdus de la république..

On achète la paix social depuis trop longtemps, on la troc aussi. Pas d’émeutes dans les cités contre 2 policiers en prison…

Combattre le racisme d’où qu’il vienne

Depuis quelques années, nous avons constaté que nos collègues d’origines étrangères font l’objet d’insultes racistes. Pas un jour où nos collègues sont la cible de propos insoutenables comme : vendu, harki, bounty, traitre ou chintok . La gente féminine en prend également pour son grade, les contrevenants ou délinquants ne répondent pas à nos collègues féminines, ne souhaitant pas répondre à une femme.

On nous parle d’un racisme systémique dans la police??? Le racisme systémique, nos collègues le vivent au quotidien.  

TOUCHE PAS A MON FLIC, viendra en aide à tous nos collègues victimes de ces propos, qu’ils viennent de l’extérieur ou de l’intérieur. Car oui il y a aussi des racistes au sein forces de l’ordre et nous devons les combattre de la même force, même si cela reste marginal. Nous solliciterons le ministre de l’intérieur pour que ces infractions soient systématiquement punies. Le séparatisme il est là..

La présomption d’innocence, la diffamation…

Les médias, les politiques, les peoples et pseudos vedettes ont fait de la présomption d’innocence une exception pour les forces de l’ordre. Le mot présumé ne fait plus parti de leur vocabulaire. On va parler de violences policières, de passages à tabac, d’agressions mais quid du mot présumé. Il s’agit certainement d’un mépris de classe. Un policier incriminé n’a certainement pas les moyens financiers de poursuivre des médias, peoples ou autres… Les politiques ou les délinquants sont bien plus respectés. Normal ! car eux poursuivent car ils en ont les moyens….

TOUCHE PAS A MON FLIC, fera un signalement systématique au procureur de la république de ses atteintes intolérables… Dès que l’association en aura les moyens… Grâce à vous…